17ème session Café environnement : La gestion des Aires Protégées, richesses touristiques et écologiques au cœur des échanges avec les responsables d’African Parks

(Ils lèvent un coin de voile sur la grande campagne de ‘‘la nuit des parcs nationaux’'

0 575

 

La 17ème session du rendez-vous mensuel de café environnement initié par l’entreprise Terre à Terre Bénin, s’est prioritairement penchée, ce jeudi 27 juillet à Américan corner de l’UAC, sur la gestion qui est faite des aires protégées du Bénin en l’occurrence les parcs Pendjari et W, confiés à African Parks depuis 2020. Invités sur le panel de ce rendez-vous de café environnement, Eric Hermann, Directeur du Reporting et du financement du Parc Pendjari et Nazir KOUTCHELE, Directeur du Tourisme et du commerce du Parc W, ont exposé aux jeunes ambassadeurs du café environnement, sous la modération de Inès KUASSI, les multiples atouts sociaux économiques et environnementaux que procurent ces deux grands parcs au Bénin et l’organisation de la grande campagne dénommée « la nuit des parcs nationaux ».

Les ambassadeurs du café environnement auront fondamentalement pour mission cette fois ci, de porter le message environnemental autour des atouts que procurent les parcs nationaux Pendjari et W, non seulement aux communautés environnantes mais aussi à toute la nation Béninoise sur les plans sociaux économiques et environnementaux, sans oublier une parenthèse de visibilité digitale de la grande campagne de mobilisation de divers dons, dénommée « la nuit des parcs nationaux », initiée par African Parks et soutenue par le Ministère du cadre de vie et des transports chargé du développement durable. L’objectif est de toucher plus d’un million de personnes et de mobiliser 200 000 dollars soit environ 150 millions FCFA à travers un téléthon sur une série d’activités en trois (03) mois dont les ateliers de peinture et de vernissage, un séjour de découverte de la pendjari, des panels de discussion sur des thèmes spécifiques, des sessions de témoignage, le fitness des parcs nationaux à la place des amazones avec l’athlète de grandes renommés Noelie YARIGO etc. Cette campagne, lancée par le ministre José se déroulera dans les grandes villes telles que Cotonou, Porto Novo, Parakou, Kandi et Natitingou et sera clôturée par une soirée de gala bilan de la campagne, le 30 septembre 2023 à Cotonou.


L’objectif de cette campagne selon le chargé de tourisme et du commerce au parc W, Nazir KOUTCHELE, est de reconnecter le public béninois aux parcs Pendjari et W qui constituent une source de richesses naturelles en faunes et en flores qui se doit d’être conservé au bénéfice des communautés à proximité et de toute la population béninoise. Car écologiquement selon Eric Hermann, chargé Reporting et du financement du parc Pendjari « ces aires protégées empêchent valablement l’avancée du désert, facilitent la séquestration des gaz à effet de serre et la pollinisation des plantes ».

Un défaut de gestion de ces aires protégées, peut être source de diverses sortes de conflits entre la population riveraine et les éco gardes ou même entre bétails et bêtes sauvages et parfois la destruction des cultures par de grands mammifères, l’éléphant de surcroit, ce qui affecterait la durabilité de ces aires protégées et qui justifie cette campagne de téléthon. Les fonds collectés à l’issue de cette campagne serviront, selon Nazir KOUTCHELE, à porter un coup de main aux éleveurs en termes de vaccination de leurs bétails, ce qui facilitera l’intégrité des parcs ; à recruter et payer le salaire des enseignants communautaires dans les zones enclavées périphériques aux parcs nationaux; à construire des cantines scolaires et des forages d’eau potable, à réfectionner des salles de classe, à indemniser des victimes des conflits homme-faune et enfin à soutenir les coopératives de femmes riveraines des parcs nationaux.
Au dire du chargé de tourisme et du commerce au parc W, ces types d’appui à l’endroit des populations périphériques au parc, permet d’éviter tout type de pression sur les aires protégées et leurs ressources en terme d’espèces animales ou végétales dont certaines sont en voie de disparition.
A noter que cette dynamique dans laquelle se lance African Parks concourt également à l’atteinte de l’objectif 30 millions d’hectares à couvrir en termes d’aires protégées d’ici 2030. Un record en passe d’être atteint selon Eric Hermann qui notifie qu’en 20 ans African Parks a réussi à emblaver 22 millions d’hectares, une raison de plus pour croire en cette capacité d’emblaver les 8 millions d’hectares restants en moins de 7 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.