Première session de Café Environnement de Planète Terre à Terre Bénin : Les opportunités agricoles dans la commune de Klouékanmé au cœur des échanges

0 1 453

Pour impacter le grand public par une éducation environnementale, l’ONG Planète Terre à Terre qui a sa chaine de télévision numérique, spécialisée dans les questions  environnementales, a pris l’initiative dès l’entame de la nouvelle année 2022, d’organiser un Café Environnement autour duquel les experts et autres acteurs du secteur de l’environnement partageront diverses connaissances. Le premier numéro de ce Café Environnement s’est déroulé ce jeudi 27 janvier 2022 à Américan corner sur le campus d’Abomey-Calavi, autour d’un panel d’échange qui a pour thème ‘’les opportunités agricoles dans la commune de Klouékanmé  ‘’. Les discussions autour de ce thème ont été modérées par Inès KUASSI, journaliste environnementaliste  avec comme invité, le maire de Klouékanmé  Dieudonné Gbédjékan, le CCEC de l’ATDA Zou-Couffo à Klouékanme, Robert Semanou DOGNON  et l’artiste slameur entrepreneur agricole, Kamal Radji, tous suivis par un public jeune composé  d’étudiants, d’entrepreneurs agricoles, de journalistes, d’enseignants et des responsables d’ONG et structures agroécologiques.

 

Face à un public jeune, motivé et attentionné, le Chef cellule communale de l’Agence Territoriale de Développement Agricole, Robert Semanou DOGNON a présenté dans une première communication,  les potentialités  agricoles  que regorge la commune  de Klouékanmé. Cette commune  dont la signification «  champ  de poids d’angole » renseigne sur son caractère  purement  agricole, est située  dans le département du Couffo et s’étend sur une superficie de 394km² répartie en huit (08) arrondissement abritant cent vingt-huit mille cinq cent quatre-vingt-dix-sept (128 597)  habitants dont 72 % potentiellement vivant de l’agriculture.

Klouékanmé, la commune aux milles productions agricoles

La commune de Klouékanmé tire sa richesse agricole  de la diversification des filières  agricoles  qui occupent 72% de la population  active selon les données  statistiques de l’INSAE. Au nombre de ses filières, nous avons la filière agrume qui est produite sur une superficie  de 3000 hectares avec des variétés telles que Pineapple, valencia, tangelo, citron. Le gouvernement désire à l’horizon 2026, faire de cette filière, une filière d’exportation. Les activités autour de cette filière sont coordonnées par une coopérative communale des producteurs  et une union communale des commerçants avec plus de 4500 Chef d’exploitation. La filière mangue, cultivée avec des variétés  telles que le Kent et l’Amélie s’étend sur une superficie de 45 hectares.

La filière maraichage dans la commune de Klouékanmey est une filière  de grandes variétés composées des cultures de tomates, de piments, de gombo, d’oignons, les légumes feuilles etc. Outre ces filières de grandes portées,  les filières telles que le coton, la pisciculture et  l’élevage occupent une bonne partie de la population de Klouékanmé. La campagne cotonnière de l’année 2021-2022 dans la commune a d’ailleurs emblavé un espace de 2500 hectares.

Kmal Radji,  l’artiste au grand succès en entreprenariat agricole

Ce premier numéro de Café Environnement a été d’une part riche en partage d’expérience  de jeunes producteurs. L’artiste slameur Kmal Radji  en est l’exemple avec sa ferme agroalimentaire qui s’étend sur vingt-deux (22) hectares, installée dans le nord du Bénin, précisément à Parakou depuis environ sept (07) ans. De sa carrière d’artiste, il s’est lancé dans le domaine de l’agriculture sans expérience et sans grandes notions en la matière avec sa coopérative de jeunes. Quelques années après avoir payé le prix de l’expérience, il en est l’exportateur de plusieurs produits  agricoles dans la sous-région avec plusieurs partenaires à l’appui pour l’extension de plusieurs autres cultures agricoles. Le récit  de son parcours  a nourris  la curiosité  de plusieurs jeunes présents à ce premier numéro de Café Environnement de planète Terre à Terre. En termes de conseils, il préconise à l’endroit de l’assistance, le fonctionnement en coopérative de jeunes pour la mise en œuvre des projets d’entreprenariat agricole suivant  des démarches claires et des objectifs bien définis sans oublier les qualités basiques d’un bon entrepreneurs.

Klouékanmé, un grenier  de vivriers à grande échelle d’exportation d’ici 2030

Le maire de Klouékanmé ravi de l’intérêt porté par plusieurs jeunes à cette rencontre sur l’environnement, il a fait savoir à l’assistance, l’objectif phare visé  par sa commune, qu’est de faire de Klouékanmé un pôle de production  agricole diversifiée à grande échelle à l’horizon  2030, ce qui selon lui, justifie les efforts de productions agricoles qui se clament de part et d’autres . Pour lui, cette vision sera une réalité grâce à l’appui stratégique de la Cellule  communale de l’Agence Territoriale  de Développement Agricole. Cette cellule est déjà à pied d’œuvre  avec le conseil communal et à l’avis participatif de la population et plusieurs autres partenaires à travers plusieurs canaux d’information et de sensibilisation. Face aux multiples  questions d’accompagnement  des jeunes désireux d’explorer les opportunités  que présentent  la commune en termes de production agricole, le Maire a orienté  l’assistance à adhérer à la procédure mise en place par le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche à travers le FNDA. Il se dit prêt à accompagner tout jeune dans la mesure du possible, pour la mise en œuvre de projets agricoles  dans la commune de Klouékanmé.

Des programmes et projets  pour redynamiser l’entreprenariat agricole à Klouékanmé

L’obtention de ces nobles résultats a été possible grâce à l’accompagnement de plusieurs partenaires à travers des projets et programmes ayant intervenus dans la commune. Dans sa communication le CCeC a fait savoir quelques-uns de ces projets et programmes. On note ainsi entre autres, le Programme Cadre d’appui à la diversification agricole (ProCAD) qui est un programme de la Banque Mondial avec des projets tels que, le PPAAO et le projet d’appui à la diversification agricole(PADA) qui appuie les producteurs de manioc, de maïs et les maraichers, le ProCAR qui est un programme du Fond  International de Développement de l’Agriculture (FIDA).  Le Projet de Sécurité Alimentaire par l’Aménagement  des Bas-Fonds et le renforcement des capacités de Stockage au Bénin est un projet du Ministère  de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche qui a renforcé les capacités des agriculteurs et même des élus locaux pour leur rappeler les rôles qui leur revient en tant qu’accompagnateur des initiatives d’entreprenariat agricole. Ce projet a aménagé plusieurs pistes de transport des produits agricoles. Le Projet d’Appui à  la Compétitivité des Filières Agricoles et à la Diversification des Exportations (PACOFIDE) est un projet  en pleine extension dans la commune de Klouékanmey et prend en compte la filière ananas. Aussi, cette filière est également appuyée par Enabel.  La Banque islamique a également appuyé plusieurs autres projets comme le PAPAPE qui est le Programme d’amélioration de la productivité agricole des petits exploitants. Il est en cours de construction dans le cadre de ce programme (PAPAPE), un centre agro-business dans le village de Konouhoué à Klouékanmé au grand bonheur des producteurs agricoles.

D’autres outils de financement  ont également contribué au rehaussement  du niveau des productions agricoles. Il s’agit du FADeC agriculture et du Fond National de Développement de l’Agriculture (FNDA) qui est accompagné par quinze (15) structures financières décentralisées et quelques banques. Ce fond à trois guichets d’obtention de crédit dont  les projets d’investissement structurant  portés par  les  mairies  et les grandes coopératives. Le deuxième guichet concerne  les services non financiers et le troisième, le crédit  agricole qui est le guichet le plus utilisé d’ailleurs.

Mesures prises contre les effets néfastes des changements climatiques

Les efforts de croissance  de la production  agricole  dans la commune de Klouékanmey ne sont pas à l’abri des menaces  des changements climatiques. Pour réduire les effets néfastes de ce phénomène, des stratégies ont été adoptées par les producteurs. Il s’agit des techniques telles que, les lunes et demi-lunes forestières, semis étalés,  semis précoce, semis de variété à cycle différents, qui sont des techniques de rétention d’eau et donc de l’humidité autour  des racines des  arbres fruitiers sur des terres plats. L’arrosage en saison sèche et le paillage etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.