Accroissement des ressources et amélioration de la qualité des dépenses municipales promis par Luc Atrokpo : Un défi qui interpelle les citoyens, l’administration municipale, les élus que le maire de Cotonou !

193

En dévoilant son plan d’actions pour la ville de Cotonou, Luc Sètondji Atrokpo a indiqué, en tête de liste, deux programmes concernant l’amélioration de la gouvernance financière dans la ville de Cotonou. Il s’agit du Programme d’amélioration de la mobilisation des ressources propres et celui d’assainissement des ressources financières et d’amélioration de la qualité des dépenses.

Le développement d’une ville repose essentiellement sur la qualité des investissements réalisés par la mairie. Et tout investissement repose sur la disponibilité des ressources. Selon un manuel de la SNV Bénin sur la mobilisation des ressources propres, disponible sur le site https://www.kit.nl, « La faiblesse de l’économie locale et la faible capacité des communes à mobiliser et à gérer les ressources financières disponibles entraînent de façon récurrente l’insuffisance des investissements et la médiocrité des services communaux ». C’est ce que le maire de Cotonou a bien compris en faisant de la mobilisation des ressources propres, la priorité des priorités. Mais une chose est d’avoir des ressources disponibles, mais autre défi est de les utiliser à bon escient.

Toujours selon le document en ligne de la SNV Bénin, « Les communes ont, d’un point de vue juridique et administratif, la responsabilité locale de la conception, la programmation et la mise en œuvre des actions de développement répondant aux besoins prioritaires des hommes et des femmes vivant sur leur territoire. Cette responsabilité nécessite, pour l’ensemble des acteurs communaux, l’identification, la mobilisation et la maîtrise de la gestion transparente des ressources financières locales. Car, qui dit accès durable aux services de base, dit réalisation et gestion performante des infrastructures et équipements ; qui dit réalisation des infrastructures dit obligatoirement ressources financières dont une proportion importante doit venir de l’effort interne ».

C’est pour cette raison que Luc Sètondji Atrokpo, en bon connaisseur des rouages de l’administration municipale couple le programme d’accroissement des ressources propres avec un autre programme d’amélioration de la qualité des dépenses. Selon les informations recueillies dans les services de la ville de Cotonou, Luc Atrokpo a déjà imprimé sa marque sur le budget 2021 en réduisant les frais de fonctionnement pour renforcer les ressources d’investissement.

La contribution de tous

Pour accroitre les ressources de la ville de Cotonou, une seule hirondelle ne pourra pas faire le printemps. Le citoyen qui ne payait pas ses contributions fiscales doit commencer par le faire. Même si l’administration locale n’a pas pu l’identifier pour lui envoyer un avis d’imposition, il doit spontanément se présenter au service des impôts pour solliciter son enrôlement afin de payer ses impôts et de contribuer au développement de sa ville. Non seulement le citoyen paie ses impôts mais contribue à l’entretien et à la protection des investissements réalisés. Lorsqu’un conducteur de véhicule heurte et détruit un panneau ou un feu tricolore, au lieu de fuir, il devra s’arrêter, faire les constats d’usage afin de permettre à son assurer de dédommager la ville pour qu’elle remplace l’équipement détruit. En consacrant deux programmes dans son Plan d’actions à la mobilisation des ressources et à la qualité des dépenses municipales, le maire de Cotonou interpelle la conscience de chaque Cotonoises et de chaque Cotonois sur son engagement pour sa ville.

Le rôle déterminant de l’administration et des élus municipaux

Ces deux programmes du maire Luc Sètondji Atrokpo interpellent également l’administration de Cotonou et l’ensemble des élus de la plus grande ville du Bénin. En effet, l’un des grands programmes de mobilisation des ressources propres connus au Bénin, « l’Opération Marbre », digne du nom de code d’une opération militaire mais qui n’a rien à y voir, menée à Klouékanmé a mobilisé l’administration communale et les élus communaux avec le maire Christophe Mègbédji en tête. Elus et administration municipale de Cotonou doivent se donner la main pour imaginer les stratégies pour mobiliser les ressources propres. Il s’agit de relever le taux de collecte des ressources disponibles, mais aussi d’aller à la quête des ressources du secteur privé et à l’international pour mobiliser les fonds de coopération internationales, les fonds climats et les fonds prévus par l’Agenda 2030. Une fois ce dispositif en place, la population devra suivre plus aisément.

Enfin, la qualité de la dépense municipale relève essentiellement de l’administration de la ville de Cotonou. Il s’agit de revisiter les procédures et d’identifier les faiblesses. De plus, l’introduction des règles de transparence et de participation citoyenne apporteront plus de qualité à la dépense publique municipale comme le souhaite le maire Luc Atrokpo.

 

Bio GANSARE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.