Célébration de la Journée Mondiale Métropolitaine 2020 : Les messages clés des métropoles africaines

(Cinq messages clés soulignant le rôle d’interface des métropoles pour faire face à la pandémie de COVID 19, ont été mis en exergue par les collectivités territoriales africaines lors de la célébration de la journée mondiale des métropoles 2020.)

203

 

Dans le cadre de la journée mondiale métropolitaine célébrée le 7 octobre de chaque année, CGLU Afrique a organisé le 06 octobre 2020, en partenariat avec Metropolis, un webinaire sous le thème :  “Covid-19 et Gestion Métropolitaine : leçons apprises de la crise sanitaire mondiale ». Une centaine de participant ont pris part aux travaux qui servaient de plateforme pour recueillir la contribution des métropoles africaines autour de la thématique générale de la célébration : « Les métropoles face à la pandémie ».La cérémonie d’ouverture modérée par Mme Rahmatouca Sow, Conseillère aux affaires politiques et internationales de CGLU Afrique a été marquée par les allocutions de : M. Jean Pierre Elong Mbassi, Secrétaire Général de CGLU Afrique ;  Dr. Mohamed Boudra, Président de CGLU, Président de l’AMPCC, Maire d’Al Hoceima (Maroc) ; M. Octavi de La Varga Mas, Secrétaire Général de Metropolis ; M.  Vincent Ncho Kouach, Vice-Gouverneur d’Abidjan (Côte d’Ivoire), Vice-Président de Metropolis.

 

Dans son propos liminaire le secrétaire général de CGLU Afrique a souligné l’importance pour les métropoles du continent de célébrer cette journée en cette période de pandémie. « Cette journée des métropoles est importante pour nous. L’Afrique est également en train de vivre une mutation métropolitaine. On compte à peu près 18 villes millionnaires sur notre continent aujourd’hui. Nos métropoles font partie du réseau mondial des régions et villes métropolitaines à qui revient la responsailité de gérer les flux de l’économie mondialisée. Du fait de leur exposition à la mondialisation les métropoles d’Afrique ont été à la fois les points d’entrée et les lieux de diffusion de la pandémie du COVID-19 dans le pays. Le caractère mondial de cette pandémie montre qu’il nn’y a pas de réponse individuelle pour faire face à cette pandémie, la réponse devra être collective » a expliqué M. Elong Mbassi.   « Les métropoles qui sont le point d’articulation entre le réseau urbain interne au pays et le système urbain international (continental et mondial).  Les responsables de la gestion métropolitaine ont un rôle particulier à jouer dans la gestion actuelle du COVID   fait de ce rôle d’interface et d’articulation des dynamiques internes avec les dynamiques externes. A l’issue de ce webinaire il faudrait que nous ayons une idée assez précise de ce que sera la nouvelle normalité post-Covid. Quels sont les pièges à éviter ? Quelles sont les innovations qui sont apparues et sur lesquelles nous pouvons bâtir de nouvelles approches dans la gestion des métropoles ? Comment préparer les métropoles à jouer le rôle d’interface qui est le leur ? ».

Plan d’action et activités du Réseau des Métropoles Africaines

La dernière session de la rencontre a porté sur la mise en place du Forum des Métropoles Africaines. M. Vincent Ncho Kouach, Vice-Gouverneur d’Abidjan, Vice-Président de Metropolis a rappelé que le Forum des métropoles et villes Africaines a été lancé le 22 novembre 2018 à Marrakech, lors du dernier Sommet Africités.  L’ensemble des membres présents lors de ce lancement « ont insisté pour dire qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle organisation mais d’un mécanisme à mettre en place dans le cadre de l’organisation faîtière des collectivités territoriales du continent africain, CGLU Afrique ».  Ce forum vise à être :

1- Un cadre pour renforcer la coopération entre les métropoles africaines

2- Un espace de débat, de plaidoyer et une plateforme d’échange d’expériences afin de contribuer à la narrative sur la gouvernance métropolitaine : modèles institutionnels, vision et approches de gouvernance.

3- Une plateforme de gestion et de partage des savoirs dans le domaine de la gestion métropolitaine

4- La voix unie et forte des métropoles africaines capable d’influencer l’Agenda Global et de porter le plaidoyer au sein de l’UA et enfin d’apporter une contribution africaine dans les débats au sein des réseaux CGLU et Metropolis

5- Un fournisseur de solutions dans la recherche de financement innovants endogènes et dans la mobilisation des investissements pour un développement économique durable porteur de croissance, de créations de richesses et d’emplois pour les jeunes africains

6- Un lieu d’expérimentation du mécanisme de revue et d’apprentissage par les pairs afin d’aider à la mise en œuvre des objectifs des agendas urbains et d’échanger sur l’élaboration et la mise en œuvre d’outils adaptés.

7- Le renforcement de la diplomatie des villes dans des domaines tels la gestion de la migration, le vivre ensemble, la gestion de la diversité dans les métropoles et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, etc.

Les participants au webinaire ont salué cette initiative et ont souhaité sa réalisation immédiate. Pour ce faire ils ont invité toutes les villes capitales et toutes les villes millionnaires à s’affilier à ce forum, et recommandé que le secrétariat de CGLU Afrique entame les diligences nécessaires à cet effet.

Résumé des échanges d’expériences et des débats du webinaire

En conclusion, M Jean Pierre Elong Mbassi a rappelé les principaux messages clé à retenir à l’issue des échanges d’expériences et des débats du webinaire :

1.Nous faisons tous partie d’un écosystème urbain mondial où les métropoles sont l’interface entre le système urbain national, le système urbain continental et le système urbain mondial. Cette interface fait des métropoles le point d’entrée de tout ce qui est bon et mauvais sur notre continent.  Elles sont à la fois le point d’entrée du virus et le point de propagation du virus dans tout le pays. Mais en même temps, elles sont le lieu où la lutte peut être le mieux organisée, car c’est l’interface entre les niveaux international, national et local de gouvernance, et où une approche multi-niveau et multi-acteurs peut être organisée. Il est important que les dirigeants des métropoles comprennent l’effet de levier des métropoles grâce à leur rôle d’interface.

2.Contrairement à ce que l’on croit, les autorités publiques ont été les autorités pilote face au virus, avec le gouvernement national d’une part et les gouvernements métropolitains et autres collectivités territoriales d’autre part. Les gouvernements métropolitains et les villes ont fait preuve d’une plus grande réactivité dans la lutte contre le virus en raison de leur proximité avec la population.  Ils ont été les agents qui ont mis l’accent sur les mesures de santé préventives alors qu’au niveau national, l’accent était mis sur la santé curative. Il est important de noter qu’une partie du succès observé en Afrique provient des progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures de santé et d’hygiène environnementale par les gouvernements métropolitains et municipaux.

  1. La COVID a mis en évidence un certain nombre de lacunes dans les administrations métropolitaines et municipales en matière de préparation et d’organisation des secours en cas de catastrophes sanitaires et autres, notamment en ce qui concerne la planification et la fourniture de services funéraires. C’est un domaine dans lequel les gouvernements métropolitains devraient coopérer davantage pour améliorer cette préparation.
  2. La COVID soulève également la nécessité de revoir le modèle de développement en Afrique, en ce sens que nous devons inverser la tendance de notre dépendance excessive à l’égard des importations et des exportations sur le marché mondial. Il convient d’accorder une plus grande attention à l’autonomie en matière de production et de transformation des aliments, à la substitution des importations et à une meilleure répartition des établissements humains, ainsi qu’à une meilleure utilisation des zones urbaines et à une meilleure intégration des fonctions urbaines.
  3. Nous devons en apprendre davantage sur nous-mêmes, sur ce que nous faisons, sur ce que nous pouvons apprendre de l’expérience internationale, y compris parmi les expériences des métropoles. C’est pourquoi la création d’un Forum des métropoles africaines ne peut que renforcer cet apprentissage mutuel et ce partenariat, qui participerait également à la construction du partenariat mondial si nécessaire des régions métropolitaines à travers le monde, car les gouvernements métropolitains et les villes seront après tout, les gardiens du visage humain des relations et de la solidarité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.