Montée des eaux dans la vallée de l’Ouémé : Le Maire François Zannougbo s’enquiert des difficultés des sinistrés d’Adjohoun

251

C’est la saison des crues, dans le département de l’Ouémé plusieurs communes abritant la grande vallée sont touchées. Des villages  enclavés des communes d’Adjohoun, Aguégués, et Dangbo sont submergés par le débordement de l’eau. A Adjohoun le maire François Zannougbo, touché par la situation des sinistrés a effectué ce mercredi 28 Septembre 2022, avec une délégation de cadre techniques et agents de la police républicaine, une descente dans les arrondissements pour constater les peines des populations sinistrées et infrastructures publiques les plus touchés. Cette délégation était composée du Maire François Zannougbo, du Commissaire d’Adjohoun, le Responsable Communal de l’Hygiène et Assainissement, du Point Focal Gestion des Risques de Catastrophes et d’Adaptation au Changement Climatique, Monsieur Wilfried Gouton et des éléments de la brigade des eaux.

C’est avec une grande peine que la délégation conduite par le Maire de la commune d’Adjohoun, François Zannougbo a constaté d’énormes dégâts causés par la montée des eaux du fleuve Ouémé.

Témoignage des populations

La crue de cette année avoisine, selon les populations, celle de 2010. En effet, en 2010, une forte pluviométrie a été observée sur l’ensemble du territoire national, suralimentée les principaux cours d’eau du Bénin et provoqué des élévations significatives du niveau d’eau, notamment dans la basse vallée du fleuve Ouémé. Selon les données relayées par le journal Fraternité et sur la page web de ‘’Acotonou’’ Les eaux de ce fleuve ont atteint en 2014 lors des inondations, le niveau critique de 656 cm à Savè, 870 cm à Zagnanado, 805 cm à Bonou et 461 cm à Adjohoun. D’ailleurs, cette situation a contraint de nombreuses personnes à abandonner leurs maisons. C’était presque tout le Sud Bénin qui était inondé en cette année-là, au point où la rentrée scolaire 2010-2011 n’a été effective dans ces localités qu’en janvier 2011.

Dégâts constatés par les autorités 

 

 Depuis quelques semaines, la population de la basse vallée de l’Ouémé vit les affres de la montée des eaux du fleuve Ouémé. Ce fut le cas de certains villages des arrondissements de la commune d’Adjohoun au nombre desquels on peut citer les villages de Kodé, Gangban, Togbota et Akpadanou. Ils ont été victimes de ce phénomène naturel qui a causé, cette année, d’énormes dégâts matériels et impacté négativement le quotidien et les conditions de vie des populations. Plusieurs habitations  ont été endommagées, des salles de classes des écoles immergées, les cultures et les animaux des populations sont emportés par la crue et plusieurs familles se retrouvent sans abri. Ces conditions donnent sans doute une ouverture sur plusieurs maladies chroniques.

Le maire compatit aux douleurs des sinistrés

Le respect de l’hygiène et le contrôle des déplacements des enfants et des femmes sont entre autres points d’intérêt du Maire François Zannougbo. Il  a exprimé sa compassion aux sinistrés tout en leur prodiguant de nombreux conseils pour le maintien de la sécurité des biens et surtout des personnes et en promettant d’alerter les autorités compétentes et d’appeler à l’aide à leur endroit.

Très réconfortés par ces promesses de l’autorité, les sinistrés ont manifesté leurs gratitudes tout en appelant le gouvernement du Président Patrice Talon au secours.

Adélaïde HOUNYE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.