Café environnement Cop27Challenge : Rôles des jeunes ambassadeurs sélectionnés pour la COP 27 Egypte 2022

243

La Cop27Challenge initiée par Terre à Terre Bénin à l’endroit des jeunes ambassadeurs de son programme intitulé Café environnement, est arrivée à terme ce jeudi 29 septembre. Tous les  ambassadeurs et partenaires réunis ce jeudi à American corner de l’UAC à l’occasion de la  neuvième session du Café environnement ont été édifiés  sur le ‘‘Rôle de la jeunesse à  la COP 27 ’’ autour d’un panel avec comme invités, le Directeur Exécutif de JVE (Jeunes Volontaire pour l’Environnement) Mawuse S. HOUNTONDJI et Anas SEKO, Communicateur environnement. Ce neuvième numéro modéré par Inès KUASSI, Journaliste et Expert en environnement, a été l’occasion de partage d’expérience avec les  jeunes, en terme participation à la Cop, d’impacts et de bonnes pratiques exposées en tant que ONG ou entreprises engagées pour la cause de l’environnement et des changements climatiques.

 

Comme annoncé par la Directrice de Terre à Terre Bénin, Inès KUASSI, la Conférence des Parties (COP) Egypte 2022, verra la participation des ambassadeurs de Café environnement, le programme innovant d’enseignement et de communication sur les enjeux liés à la préservation de l’environnement. Du 25 aout au 29 septembre les  jeunes ambassadeurs autour d’un challenge pour la participation à cette Cop ont impacté bon nombre de population sur toute l’étendue du territoire national voir régional autour du thème ‘’ les changements climatiques pour les nuls’’. Au terme du challenge, du 1er  au 15 octobre, les dix (10) meilleurs ambassadeurs seront dévoilés et prendront part à la COP27 en Egypte prévue du 06 au 18 novembre 2022. Mais en attendant que lesdits ambassadeurs soient connus, tous les challengeurs ont été initiés sur les enjeux des COP antérieures et de celle prévue dans quelques semaines.

Quelques fondamentaux sur les COP antérieures

En effet, Samuel  Mawusé HOUNTONDJI, Directeur Exécutif de JVE a à partir de son expérience à la Cop avec l’ONG JVE, fait comprendre que  la Cop  est une « réunion statutaire annuelle », un grand rendez-vous qui uni tous les pays du monde entier autours de la problématique des changements climatiques à travers la prise d’initiative et de mesures d’atténuation des actions humaines, principales causes de ce phénomène qui fragilise la planète terre. Dans sa communication à l’endroit des jeunes il a notifié les divers accords pris lors des différentes COP, l’impact de la participation de  la société civile aux différents débats, les initiatives écologiques prises par celles-ci à la base pour la préservation de l’environnement. Ainsi selon les informations  fournies par le DE/JVE, Samuel Mawusé HOUNTONDJI, l’initiative de la COP a commencé en 1992  par le Sommet  de la Terre de Rio à l’issue duquel la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a été adoptée le 09 mai 1992 et entrée en vigueur le 21 mars 1994.  L’objectif ultime de cet accord cadre est  de « stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique». Il a été ratifié par 189 pays. C’est à la suite de ce sommet qu’est né la première Cop en 1995 tenue à Berlin.

A ce jour où nous sommes à la 27ème  édition de la COP, sur le parcours, des actions fortes ont été posées. Ainsi nous avons ainsi le protocole de Kyoto de 1997 qui a eu sa deuxième version en 2011 à Durban, la Marche du Carbone à Marrakech  en 2001 au cours de la COP 7, l’initiative du Fond pour le Climat et la Limitation à 2oC à la COP 16 en 2010 sans oublier l’accord de Paris en 2015 à la COP21 dont les principaux points ont fait objet de contestation par plusieurs grandes puissances. Au nombre de ces principaux points nous avons la limitation du réchauffement climatique à 1,5oC ; Pic des émissions de gaz à effet de serre au plus tôt possible, les signataires s’engagent  à atteindre un pic des émissions de gaz à effet de serre puis entreprendre des actions de réduction. ; 100 milliards de dollars par an à verser par les pays du Nord  aux pays du Sud pour accélérer leur développement et leur politique climatique ; une évaluation tous les 05 ans à partir de 2023  et enfin les pertes, préjudices et le prix carbone. La COP26 à Glasgow est venue accentuer tous ces principes de l’accord de Paris entré en vigueur le 04 novembre 2016 et ratifié par 97 pays.

Que font les ONG et  les entreprises à la COP ?

Par ailleurs les ONG qui participent à ces rencontres annuelles, présentent aux différents partenaires leurs diverses innovations écologiques à travers différents stands d’exposition. Ce niveau de la communication a été le moment pour le communicateur de réveiller l’attention des potentiels jeunes challengeurs de Café environnement à la participation de la COP 27. Pour le DE/JVE, l’instant de la visite  des stands par les différents autorités  est un moment crucial d’échange et de plaidoirie  avec les autorités afin de mieux vendre les expertises développées au sein des ONG ou entreprises. « C’est également le moment d’échange des contacts avec les autres organisations et savoir plus sur les innovations apportées par celles-ci » à préciser le DE, Samuel HOUNTONDJI.

La Cop, les possibilités de bassesses logistiques

En dehors de ces moments  cruciaux,  le communicant a fait savoir  les diverses contraintes liées à ces types de voyage. Pour lui les protocoles logistiques et autres font en sorte que le séjour de la Cop n’est forcément pas rose. « Il faut se préparer psychologiquement  à toutes sortes d’éventualités  une fois à la Cop. Surtout du point de vue logistique. Parfois ce n’est toujours pas le confort tant souhaité au niveau des hôtels ou du transport mais il faut rester focus sur le but du voyage » a-t-il conseillé aux jeunes. Pour finir il a précisé aux jeunes que, participer  à la Cop pour la jeunesse est un moment pour se faire écouter par les autorités. Ces jeunes gagnent en termes de reconnaissance de leurs paires, la reconnaissance des pouvoirs publics quand leur cause et leurs innovations reçoivent les appréciations des autorités.  C’est aussi l’occasion de faire des plaidoyers auprès des autorités une fois au pays grâce aux nouvelles connaissances acquises.

Anas Séko,  Communicateur environnement, le ramasseur d’ordure le plus frais, très connu sous ce pseudonyme pour son dévouement depuis la classe de terminal  à assainir volontairement  les espaces publics et privés et à sensibiliser  les populations, après avoir brièvement raconté ses motivations pour la préservation de l’environnement, il a encouragé les jeunes ambassadeurs à poursuivre leur engagement. Du 1er au 15 octobre découvrez progressivement sur la page Facebook de Terre à terre Bénin les meilleurs ambassadeurs nominés pour la COP27.

B. Sylvain

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.