Mission de contrôle de prix des denrées alimentaires dans le Littoral : Des propriétaires des supermarchés, des dépôts et entrepôts de Cotonou mis sous convocation par les autorités compétentes

197

Face aux plaintes de la population sur la surenchère des produits de grande consommation, le gouvernement béninois depuis le 1er juin passé, lors du conseil des ministres a pris des mesures radicales afin de venir au secours de ces derniers. Cependant, fort est de constater que ces mesures ne sont pas toujours prises en comptes par certains marchands. C’est ce qui a suscité une descente du Préfet du département du Littoral, Me Alain Sourou Orounla et certains cadres comme des directeurs départementaux (Littoral) de la police républicaine, de l’industrie et du commerce, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche et du développement, d’un contrôleur de prix, d’un officier de la police judiciaire et de plusieurs éléments de la police républicaine dans les rayons commerciaux, les marchés et les dépôts de ciment de Cotonou ce mardi 09 août 2022. L’objectif de l’opération, est de vérifier le respect des mesures prises par le gouvernement pour atténuer les effets de la crise économique notamment le prix de cession de l’huile végétale raffinée, de la farine de blé locale et importée, du ciment ainsi que de l’engrais.

La délégation a sillonné les supermarchés Erevan, BSS, Mont Sinaï, Franc Prix dans le 12è arrondissement de Cotonou où de grandes disparités au niveau des prix pratiqués sont observées par rapport aux prix de cession plafonnés par le gouvernement de l’huile végétale et la farine de blé. Plusieurs responsables des structures ont été mis sous convocation pour une réunion à la Préfecture de Cotonou  pour le jeudi 11 août 2022 et des huiles végétales ont été retirées des rayons et confisquées lors de cette intervention. Le même exercice s’est poursuivi dans plusieurs établissements commerciaux dans le 6è arrondissement où beaucoup d’autres infractions ont pu être relevées notamment l’absence d’enseigne et d’affichage du prix des produits, l’inexistence de facture normalisée et autres procédés de contournement des prix plafonnés. Le 1er arrondissement de Cotonou a fait cas du dernier lieu visité par les autorités où plusieurs dépôts de ciment ont été visités et fermés compte tenu de la gravité des irrégularités relevées, d’autres placés sous convocation.

 

La directrice départementale de l’industrie et du commerce rappelle les prix homologués par le gouvernement

La directrice départementale de l’industrie et du commerce de Littoral, madame Hermine Hodonou Savi, faisant le point de cette première descente, a rappelé toutes les irrégularités et infractions constatées et a dit la nécessité pour les commerçants d’accompagner les mesures d’atténuation des effets de la crise économique prises par le gouvernement pour soulager les populations. Elle précise : «Le gouvernement en réponse à la cherté de la vie, a pris la décision en conseil des ministres de soulager les consommateurs en plafonnant le prix de cession de certains produits, notamment l’huile végétale raffinée à 1300f le litre, la farine de blé à 28.500f le sac de 50kg, le ciment à 75000f la tonne dans le Littoral et l’engrais à 14000f. Il est de bon ton donc que les commerçants vendent ces produits au dernier consommateur à ces prix fixés et par mesure de transparence ainsi que l’éditent les textes, ces différents prix doivent être affichés et respectés».

Le préfet déplore la surenchère constatée et compte maintenir une veille permanente des prix

Le Préfet du Littoral, Me Alain Sourou Orounla, chef de la mission pour clôturer a rappelé le cadre de cette mission instituée par le gouvernement dans les douze départements du Bénin aux fins de faire respecter les prix de cession plafonnés des produits suscités. «Nous nous acquittons d’une mission régalienne et républicaine qui vise à faire respecter les mesures d’atténuation des effets pervers de la crise économique sur nos concitoyens. Il n’est pas normal que sur le marché nous constatons de la surenchère et beaucoup d’autres infractions. Notre rôle est de faire rentrer dans les rangs les contrevenants et de soulager les peines du plus grand nombre des béninois qui ressentent les contrariétés de la crise économique», confie l’autorité, avant de poursuivre «Nous voudrions que le message soit entendu et perçu par tous que le gouvernement ne laissera pas tomber nos concitoyens par ces temps difficiles. C’est pour cela que nous maintiendrons la veille jusqu’à ce que tout le monde s’aligne sur les prix fixés. Évidemment, les contrevenants se verront appliquer les rigueurs de la loi».

A. HOUNYE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.