Programme de Coopération Transfrontalière Locale PCTL 2 cofinancé par l’UEMOA et la Coopération suisse : La sécurité et le changement climatique au cœur de l’atelier du cadre de concertation de l’espace Dendi-Ganda

987

Un atelier du cadre de concertation de l’espace transfrontalier Dendi-Ganda qui réunit  douze (12) communes transfrontalières du Bénin, du Niger et du Nigeria, s’est  tenu le 19 janvier à Gaya, une commune du sud-est de Niamey capital du Niger. L’objectif de cette assise est d’actualiser le schéma  d’aménagement transfrontalier intégré (SATI) de l’espace transfrontalier Dendi-Ganda en y intégrant  les défis sécuritaires et les dérèglements climatiques.  Les travaux ont été ouverts par  le préfet de Gaya, Assimou Abarchi en présence, du préfet de l’Alibori Bello Ky-Samah, du président du cadre de concertation, le maire de Malanville  Gado Guidami, des autorités, chefs traditionnels et forces de sécurité de l’espace Dendi-Ganda.

Dendi-Ganda est un espace transfrontalier du coté nord-est du Bénin qui réunit douze (12) communes dont six (06) du Niger, quatre (04)  du Nigéria et deux (02) du Bénin. Il est créé  en 2003 dans l’optique de faciliter  les échanges économiques entre les opérateurs économiques  et  instaurer une atmosphère d’épanouissement et de convivialité entre les populations de cet espace qui réunit trois (03) pays. Pris en compte par le PCTL du Conseil des Collectivités Territoriales de l’UEMOA, Dendi-Ganda est l’une des intercommunalités bénéficiaires de ce programme que finance la coopération suisse. La faîtière des collectivités territoriales membres de cet espace de coopération décentralisée ont vite compris l’importance d’intégrer dans le SATI, la contribution des collectivités territoriales à l’atteinte des objectifs de sécurité et de développement durable qui sont des aspirations des peuples de l’UEMOA.

L’autorité préfectorale salue l’initiative et promet son accompagnement

Le préfet de Gaya (Niger), Assimou Abarchi, dans son mot d’ouverture a félicité la portée de cette initiative prise pour rehausser les interactions dans l’espace Dendi-Ganda. Il a souhaité un engagement collectif  et individuel de chacun des acteurs présents à cet atelier et le développement d’un esprit de génie et d’innovation afin que cet espace soit viable et bénéfique  à toute  la communauté. Selon lui, cette communauté  dont le brassage des cultures des différents pays qui la compose, constitue une richesse importante pour la sous-région. Le préfet a souhaité des avancées notables face aux défis majeurs que rencontre l’espace Dendi-Ganda, caractérisés par une meilleure gestion des ressources naturelles, la maitrise de la population et leur accès aux services sociaux tels que la santé et l’éducation sans oublier l’attractivité, le markéting et la compétitivité territoriale et les défis sécuritaires. Il a réitéré l’engagement du Président Mohamed Bazoum du Niger, Parrain du PRADEF (Programme de décentralisation financière du CCT-UEMOA) et de son gouvernement à accompagner les dynamiques de l’espace Dendi-Ganda, à travers entre autres, le lobbying et le plaidoyer à l’endroit des Chefs d’Etat (les Etats centraux) et les partenaires techniques et financiers, le suivi et la qualité des investissements  pour l’amélioration de  la qualité  de vie des populations de l’espace Dendi Ganda.

Le préfet de l’Alibori (Bénin) Bello Ky-Samah, abondant dans le même sens que son prédécesseur a trouvé l’initiative porteuse d’espoir pour une vitalité socioéconomique et sécuritaire entre les trois pays. Il a rappelé que l’un des défis majeurs de l’espace Dendi-Ganda est de parvenir à fédérer les identités des peuples autour des enjeux de développement et souhaité que l’initiative puisse s’inscrire et se performer dans les objectifs de chaque pays et de l’Union.

 

La sécurité et les changements climatiques, prochains défis de l’espace Dendi-Ganda.

Le maire de Malanville Gado Guidami, désigné président du cadre de concertation en octobre 2021 a exhorté l’ensemble des acteurs à une vulgarisation  du schéma d’aménagement transfrontalière intégré (SATI), actualisé au cours des travaux du cadre de concertation. Le Sati adopté en 2016  prenait en compte les défis sociaux, économiques, culturels et sanitaires. Son actualisation a permis d’intégrer ceux sécuritaires et liés aux changements climatiques qui ont drastiquement affectés les cultures des communes de l’espace Dendi-Ganda, faute des pluies appropriées. Pour faciliter la vie aux populations de l’espace transfrontalier lors des multiples inondations le maire Gado Guidami a rappelé qu’il est prévu la construction de la route Gaya-Kamba-Dolekena. D’un commun accord les diverses autorités présentes à cet atelier ont réitéré leur engagement pour faire connaitre l’espace Dendi-Ganda et toutes ses priorités.

 

Le PCTL, un ancrage territorial des actions de développement de l’UEMOA porté par le CCT

La convention de financement du PCTL 2 a été signée entre l’UEMOA et la Confédération suisse le 24 mars 2021. L’innovation de cette deuxième phase est le transfert de la maitrise d’ouvrage aux collectivités territoriales à travers leurs différentes faîtières pour sa mise en œuvre sous la supervision du CCT et de la Commission de l’UEMOA à travers le Département de l’Aménagement du Territoire Communautaire. Ainsi, toutes les faîtières transfrontalières des collectivités territoriales de l’UEMOA bénéficieront d’un renforcement de capacités afin de faire convenablement face aux défis relatifs à la gestion de la maitrise d’ouvrage directe. Le cap est définitivement ainsi mis sur les services de base aux populations locales, un indicateur important de lutte contre la pauvreté.

Zoom sur le Conseil des Collectivités Territoriales (CCT)  

Le Conseil des Collectivités Territoriales est un organe de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine créé par Acte Additionnel n°02/CCEG/UEMOA/2011 du 30 mai 2011 de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement. L’objectif poursuivi par les plus hauts dirigeants de l’Union est de permettre aux collectivités territoriales de rendre les politiques et programmes communautaires de développement sensibles aux préoccupations des populations. Il s’agit également pour les collectivités territoriales de jouer un rôle de premier plan dans le processus d’intégration des peuples. Ainsi, l’UEMOA pourra relever les défis de développement et de paix. Pour accomplir sa mission, le CCT, sous le leadership de son Président, Albert François AMICHIA, a élaboré plusieurs programmes d’envergure communautaire dont le PCTL : Programme de Coopération Transfrontalière Locale. Le PCTL qui en est à sa deuxième phase a permis au CCT de mettre en place un maillage du territoire communautaire, en commençant par les zones frontalières.

Un maillage unique du territoire communautaire qui fait la force du CCT-UEMOA

Le CCT offre aujourd’hui à l’UEMOA la dynamique des collectivités territoriales et des citoyens à la base. Le CCT, c’est six faitières transfrontalières des collectivités territoriales, au sein desquelles les peuples de l’UEMOA œuvrent pour le développement durable et la paix à travers le Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré. Ces faîtières couvrent l’ensemble des pays de l’UEMOA :

  • le Bassin du Fleuve Sénégal (BFS) regroupant les collectivités territoriales de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal ;
  • l’espace Dendi-Ganda regroupant les collectivités territoriales du Bénin, du Niger et du Nigéria ;
  • l’Union Transfrontalière des Collectivités Territoriales de l’Espace Sikasso-Korhogo-Bobo Dioulasso (UTCTE-SKBo) regroupant le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Mali,
  • l’espace Communautaire de la Volta noire (ESCO-Volta noire) regroupant le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Ghana ;
  • la Cellule de Coopération des Collectivités territoriales du Sahel (C3Sahel) regroupant le Burkina Faso, le Mali et le Niger ;
  • l’espace transfrontalier de la bande côtière sud Bénin- sud Togo qui mobilise les collectivités territoriales côtières des deux pays.

Environ 950 collectivités territoriales se situent dans les zones transfrontalières et sont concernées par ce programme de l’UEMOA qui travaille aussi avec les organisations socioprofessionnelles, la société civile et le secteur privé au niveau local. Des équipements marchands, des pistes rurales, des équipements hydroagricoles, des centres de santés, des unités de transformation et bien d’autres infrastructures ont été réalisés par le PCTL dans les périmètres frontaliers de l’UEMOA.

Le CCT est composé de représentants des collectivités territoriales désignés par les associations de pouvoirs locaux. Il comprend l’Assemblée générale, le Bureau et les Commissions. Il est présidé par François Albert AMICHIA, Maire de Treichville en Côte d’Ivoire. Le Maire de Cotonou, Président de l’Association Nationale des Communes du Bénin, Luc Sètondji ATROKPO est le Premier Vice-Président du CCT-UEMOA.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.