Du bon usage de la décentralisation : les décisions qui s’imposent !

295

Comme je le mentionnais dans mon dernier éditorial, trois petites décisions devraient permettre au Bénin de se positionner comme l’un des pays phares de la sous-région. Trois petites décisions pour faire de la décentralisation le socle des politiques publiques de développement et la base de la réforme de l’Etat.

La première décision est de réformer la décentralisation. Cette réforme de la décentralisation suppose un code général des collectivités territoriales basé sur le principe de subsidiarité, le renforcement du maire sans pour autant affaiblir le conseil communal ou municipal, la reconnaissance du citoyen comme acteur majeur de la vie locale, la prise en compte des autres acteurs de la vie locale comme la société civile et surtout le secteur privé. Mais cela ne suffira pas. Il faut clarifier le rôle de chaque acteur et surtout indiquer les modalités de promotion de la démocratie locale et du développement à la base. Le code général des collectivités territoriales devra également promouvoir l’intercommunalité et le développement régional. Simple à faire.

Deuxièmement, il faut réformer l’Etat béninois surtout l’appareil gouvernemental afin de l’adapter à la nouvelle gouvernance basée sur la décentralisation. En quoi faisant ? L’organisation de l’Etat se fera en trois échelons. Le gouvernement qui donne les orientations nationales et s’occupe des politiques à l’échelle du pays et des grosses infrastructures tout en édictant les normes générales. Le département qui coordonne le développement régional. Les communes, uniques porte d’entrée de toutes les politiques de développement. Il s’agit de décharger les ministères des compétences que la loi met à la charge des communes et des ressources subséquentes. Il s’agit des ressources financières, matérielles et surtout humaines. Il faut redéployer le personnel de l’Etat vers les préfectures et les communes. Les préfectures devront devenir des entités de coordination du développement régional avant d’être des unités de commandement. Les budgets de chaque service déconcentré de l’Etat dans le département seront centralisés par les préfets et répartis selon les Plans de développement communal du département. Les ministères, en dehors des activités régaliennes de l’Etat édicteront les normes, seront les garants du respect des orientations nationales, les évaluateurs des politiques communales. Le gouvernement reste et demeure le maitre d’œuvre de l’ensemble des activités du pays.

Enfin, il faut impulser une nouvelle citoyenneté basée sur le patriotisme, la culture de la démocratie et des valeurs républicaines. Aucune réforme ne peut aboutir avec un peuple en déphasage avec les deux réformes proposées plus haut. Il faut donc faire ces réformes de façon participative tout en formant les Béninoises et les Béninois à une nouvelle citoyenneté. Ces propositions feront à coup sûr du Bénin, un grand pays durablement développé en moins de trois ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.