Les questions liées à la gente féminine au cœur des Objectifs de Développement Durable dans nos sociétés : L’ANCB et le ReFEC se mobilisent grâce au projet Dynamique Locale pour l’élaboration d’une stratégie efficace

702

Doter le Réseau des Femmes Elues Conseillers (REFEC) d’une stratégie de suivi de la mise en œuvre des ODD sensibles aux femmes et aux filles dans les communes. C’est l’objectif que s’est fixé la faitière des communes (ANCB) en réunissant les femmes élues conseillères municipales et communales du Bénin, ce mardi 17 aout 2021 à Dassa-Zoumè avec la présence du maire de la ville, Nicaise Fagnon et de la présidente de REFEC, Lucie SESSINOU maire de Kétou. Cet atelier de deux jours, ouvert par le président de l’ANCB, Luc Sètondji Atrokpo a été financé  par l’Union européenne à travers le projet Dynamique Locale, une composante du Programme d’Appui au Développement Territoriale (PADT).

Pour la présidente du ReFEC Lucie SESSINOU, les défis a relevé sur les questions du genre sont énormes et l’égalité entre la femme et l’homme un moyens pour contrer les grandes contraintes auxquelles fait face le monde actuel. Ces contraintes sont beaucoup liées aux fléaux tels que les crises économiques, l’insuffisance des soins de santé les effets des changements climatiques, la violence à l’égard des femmes et l’intensification des conflits.

Pour la présidente du ReFEC, face à ses fléaux, les femmes si tant concernées disposent de l’expertise et du leadership nécessaire pour y apporter une plus-value  efficaces. Elle souhaite à cet effet que  l’atelier permette au réseau qu’elle préside de contribuer efficacement à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 à travers l’élaboration et la mise en œuvre des activités qui tiennent compte des ODD sensibles aux femmes et des principes  de l’Agenda.

Pour le maire de Cotonou, Luc Sètondji Atrokpo   l’état des lieux  de la présence  des femmes dans les conseils communaux après les élections communales et municipales  de 2020, constitue un défi majeur dont la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) est la solution idéale pour réduire l’écart entre l’homme et la femme dans nos sociétés. « Aux termes de la proclamation des résultats de ces élections, sur les 1815 candidats déclarés élus et appelés à siéger au sein de nos conseils communaux et municipaux, on ne compte que 79 femmes. Soit un faible taux de représentativité de l’ordre de 4,35%. Sur les 77 maires de notre pays, seulement 3 sont des femmes. En ce qui concerne les emplois communaux, le rapport issu d’une importante étude réalisée par l‘ANCB en 2020 sur l’état des lieux des ressources humaines des communes indique que seuls 25% des agents communaux sont des femmes contre 75% pour les hommes », a précisé le maire de Cotonou Luc Sètondji ATROKPO.

Le maire de Dassa-Zoumé, Nicaise Fagnon dans son allocution de bienvenu n’a pas manqué de galvaniser la troupe  des femmes conseillères, qui pour lui, doit se battre sans relâche pour arracher la place qui leur revient dans la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.