Signature d’Accord de délégation de maitrise d’ouvrage pour la mise en œuvre du PCTL 2 : Le CCT et les Faitières transfrontalières des Collectivités territoriales renforcent le principe de subsidiarité dans l’espace UEMOA

Le CCT et les Faitières transfrontalières des Collectivités territoriales renforcent le principe de subsidiarité dans l’espace UEMOA

231

Signature d’Accord de délégation de maitrise d’ouvrage pour la mise en œuvre du PCTL 2

Le CCT et les Faitières transfrontalières des Collectivités territoriales renforcent le principe de subsidiarité dans l’espace UEMOA

Après deux jours de travaux d’échange et de négociation des accords de délégation de la maîtrise d’ouvrage entre le CCT, les faîtières et les cadres de la Commission de l’Union, la Salle du Conseil Municipal de Treichville à Abidjan a abrité, le jeudi 20 mai 2021, dans une solennité à l’ivoirienne, la signature desdits accords entre Albert François AMICHIA, Président du CCT et les présidents des faîtières, en présence de l’UEMOA et de la Coopération suisse. Par cet acte voulu par les parties prenantes, le CCT vient d’accomplir un pas de plus dans la promotion de la décentralisation et de la responsabilisation des collectivités territoriales et devient une source d’inspiration pour certains Etats encore tentés par un retour à la centralisation.

Dans son intervention, Thomas Heimgartner, Conseiller d’Ambassade de la Suisse en Côte d’Ivoire, a mis l’accent sur la qualité du partenariat entre son pays et le CCT UEMOA. Ainsi, la Suisse contribue au financement du Programme de Coopération Transfrontalière Locale (PCTL – phase 2) et du Programme Régional de Décentralisation Financière en Afrique de l’Ouest (PRADEF). A travers « ces deux conventions, la contribution suisse auprès de l’UEMOA, pour le compte du CCT, dépasse les 12 milliards de FCFA pour les 4 prochaines années », a précisé Thomas Heimgartner qui a saisi l’occasion pour décerner un satisfecit au Président du CCT : « Monsieur le Président du CCT, nous saluons votre engagement pour la cause des collectivités depuis de nombreuses années ».

Les mots de gratitude et d’exhortation du Président du CCT

Apres avoir fait observer une minute de silence en hommage aux acteurs du CCT rappelés à DIEU, fauchés par la covid-19, notamment feu Alioune Badiane, connu de tous et qui a mis ses compétences et son expérience à la disposition du CCT et de l’UEMOA, Albert François AMICHIA a exprimé sa gratitude à la Coopération suisse. En effet, rappelle le Président du CCT, « le 18 décembre 2015 nous avons procédé à la signature de la convention de partenariat entre le CCT UEMOA et la Confédération suisse pour la mise en œuvre de la première phase du PCTL. Le PCTL est un programme majeur de notre faitière et est mis en œuvre sur six espaces transfrontaliers impactant l’ensemble des huit pays de l’union ». Pour le Maire de Treichville, « cette reconnaissance de la Coopération suisse du CCT est surtout celle des 3000 collectivités territoriales que compte notre conseil. La présente cérémonie de signature de protocole de délégation de maitrise d’ouvrage aux faitières est une étape importante dans la mise en œuvre du PCTL. Elle est l’expression de la mise au cœur de la réalisation des projets, des collectivités territoriales et de la promotion d’une décentralisation qui se consolide ». Pour le Président du CCT, la responsabilisation des faîtières dans la gestion des projets « ouvre un champ opérationnel de perspectives et d’actions attendues par les élus locaux et les populations des nombreuses zones de notre espace, dont certaines zones stratégiques sont confrontées à la poussée du terrorisme et de nombreux trafics. Le choix de mettre en avant les élus locaux de ces régions qui connaissent bien leur territoire et les subtilités des questions sensibles locales, assure une bonne gouvernance des charges qui leur sont aujourd’hui dévolues.

Un grand moment pour les Collectivités locales de l’Espace UEMOA

Le représentant de la Coopération suisse a qualifié l’organisation de cette cérémonie de « grand moment pour l’ensemble des collectivités de l’espace communautaire, représentées par les organisations faitières transfrontalières ». Pour le diplomate suisse, « la cérémonie de signature des Protocoles d’Accord entre le CCT et les faitières transfrontalières des collectivités matérialise la plus importante modalité de mise en œuvre du PCTL2. Celle qui consiste à mettre sous la responsabilité des collectivités territoriales la réalisation des infrastructures de développement de leurs espaces. Concrètement, cette modalité permet aux élus et à leurs techniciens d’instruire des dossiers d’appels d’offres, de donner des mandats à des prestataires et de suivre les travaux sur leurs espaces de vie… C’est une avancée dans ce que nous pouvons appeler le portage de dynamiques régionales par des acteurs au niveau local. C’est certainement une première aussi dans nos instruments d’intervention. La Suisse salue ce résultat et remercie tous les acteurs qui y ont contribué particulièrement les services financiers et juridiques et les Départements en charge de la Coopération et de l’Aménagement du territoire de l’UEMOA ». Le Conseiller d’Ambassade reconnait également que « le transfert de responsabilité aux collectivités, constitue aussi des défis dans le contexte sous régional sécuritaire et sanitaire actuel. Les collectivités qui font face à la demande de plus en plus grande des populations doivent également démontrer auprès des décideurs presque tout le temps qu’elles sont des modèles d’efficacité et de bonne gouvernance. Le PCTL et le PRADEF visent aussi à donner aux élus et aux acteurs locaux, les outils nécessaires pour répondre à ces exigences ».

Les Protocoles d’Accord ont été signés avec l’UTCTE SKBo qui est l’Union Transfrontalière des Collectivités Territoriales de l’Espace Sikasso (au Mali), Korhogo (en Côte d’ivoire) et Bobo Dioulasso (au Burkina-Faso) et la C3 SAHEL, qui est la Cellule de Coopération décentralisée transfrontalière entre les Collectivités Territoriales du Sahel, réunissant les collectivités autour des frontières entre le Mali, le Burkina-Faso et le Niger. D’autres faîtières suivront après un processus de structuration organisationnelle actuellement en cours.

Réalisé par le Réseau des Médias pour la Décentralisation et le Développement Durable dans l’Espace UEMOA.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.