Editorial : Saisir les trois types d’opportunités de financement pour les communes.

770

Par Franck S. KINNINVO

 

Les élus communaux et municipaux les affutés, les plus à même de relever le défi de la mandature 2020-2026 des collectivités territoriales du Bénin doivent être ceux qui sont à même de positionner leur commune pour capter trois types de financements. Il s’agit premièrement de bénéficier, au plan international, des fonds climat, des fonds prévus par l’Agenda 2030, des fonds solidaires et des fonds de la coopération décentralisée. Le second type de financement est lié aux opportunités de projets et de financement provenant du Gouvernement. Le troisième type de financement qu’il faudra mobiliser relève du secteur privé à travers le partenariat public-privé et les modes de délégation de services publics adaptés au contexte béninois. A cela s’ajoute les outils de sécurisation et d’augmentation des ressources propres. Ces quatre objectifs stratégiques bien développés par commune permet de réaliser les enjeux de développement durable et de promotion économique des communes du Bénin. 2020-2026 est un mandat des assemblées communales et municipales que nous devons placer sous le signe du développement économique local.

Le Bénin a la chance d’avoir un gouvernement qui investit dans les communes à statut particulier et dans beaucoup de villes secondaires afin d’en faire des pôles de développement capable d’impacter les communes intérieures. Mais cet effort au niveau national mérite d’avoir un ancrage local, territorial pour être solide et générer un développement durable.

Dans cette quête de croissance dans chacune des 77 communes, il importe de fonder les actions sur l’Agenda 2030 qui préconise des objectifs de développement durable. Ainsi les actions de croissance dans les communes doivent porter sur l’économie verte. J’ai eu la chance de suivre une formation de la Francophonie sur « Comprendre et analyser les enjeux et les actions du développement durable » https://www.objectif2030.org/. L’économie verte y est présentée « comme l’activité économique qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources. Ce modèle économique obéit aux règles, aux principes et aux critères du développement durable ». Dès les premières heures de la prochaine mandature, il importe de mettre un accent particulier sur le type d’économie locale à promouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.