Formation sur la construction en matériaux locaux : Le PDIEM renforce les capacités des enseignants et des chefs service technique des mairies

137

Du 5 au 30 aout 2019, le Programme de Développement des Infrastructures Economiques et Marchandes (PDIEM) de la Coopération suisse, mis en œuvre par la SNV Bénin, a organisé, à l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC) de l’Université d’Abomey-Calavi, une formation au profit des chefs des services techniques des mairies et des enseignants des lycées techniques et centres de formation professionnelle et sur les modes de construction en terre. Ce renforcement des capacités a permettra aux enseignants d’ouvrir des filières ou d’améliorer les enseignements  sur la construction en matériaux locaux, tout en permettant aux chefs des services techniques des mairies de mieux concevoir et suivre les projets de construction d’ouvrage en terre.

Stanislas HOUEDEMAGNON

 

Renforcer les capacités des enseignants des lycées et centres de formation professionnelle et  des chefs service  technique de mairies sur les modes de construction en terre. Tel est le but visé par le PDIEM à travers cette formation exécutée en collaboration avec ses partenaires que sont l’Ecole inter-Africaine de formation dans les Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU), basée à Lomé au Togo, l’EPAC du Bénin et CRAterre en France. Pour le Chef Projet du PDIEM, Rem Nefjes, l’objectif final étant de « promouvoir la construction des habitats et des ouvrages publics en matériaux locaux au Bénin ». Pendant 26 jours, les 30 apprenants ont reçu des cours théoriques renforcés par des travaux pratiques qui ont été visitées par les officiels à la fin de la formation.

Deuxième étape du plan de formation du PDIEM

 

Pour le Directeur de l’EPAC, Vialain Alidonou,  « la présente formation a été méthodiquement animée malgré la densité du programme et la complexité des tâches. 30 auditeurs averti ont été formé et outillés en vue de l’optimisation de l’usage de matériaux locaux dans la réalisation des ouvrages et des infrastructures ». Quant à Rem Nefjes, le chef projet PDIEM, il a exprimé sa satisfaction « à l’issu des quatre semaines marquées par la succession des cours magistraux et des travaux  pratiques ». Pour le Chef Projet PDIEM, « la formation des enseignants et des chefs service technique des mairies s’inscrit dans la continuité  des objectifs que s’est donné le PDIEM. Cet objectif est de développer les secteurs des matériaux locaux au Bénin à travers l’implantation significative de l’expertise nationale sur les modes de construction en terre. C’est ce qui justifie la diversité des acteurs des université et des centres de formation professionnelle  publique et privé, des lycées, des mairies et d’intercommunalité ciblé pour cette formation ». Pour Rem Nefjes, « le renforcement des capacités de ces trente acteurs  contribuera sans doute à courte terme à favoriser aux communes l’exercice de la maitrise des ouvrages et des infrastructures du PDIEM2, mais aussi à moyen terme aux enseignants de contribuer à la formation des lycéens et autres apprenants sur l’utilisation des matériaux locaux ».

La satisfaction des apprenants

 

Pour le représentant des apprenants, le DST de la mairie de Bohicon, Soumerou Saloufou, il a rappelé que, réussir dans la vie dépend essentiellement de trois facteurs à savoir : la chance qui est un facteur aléatoire, le travail et puis le talent : «  Après 26 jours de formation, nous apprenants, enseignants et chefs service technique des mairies  nous sommes  venu à la quête de ce talent pour pouvoir répondre aux exigences des constructions en matériaux locaux. C’est le lieu de clamer haut et fort que nous sommes satisfaits. Nous sommes totalement satisfaits puisque par nos travaux en salle et en atelier, nous avons aujourd’hui le talent nécessaire pour d’une part assurer l’enseignement sur la construction en terre dans nos centres de formation et d’autre part réussir le suivi et le contrôle des différents chantiers.

La volonté politique renouvelée

 

Pour le conseiller technique du ministère des enseignements techniques et de la formation professionnelle, cette formation cadre bien avec la vision du gouvernement de promouvoir la formation technique et professionnelle : « la stratégie de relance du secteur de l’enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, que le gouvernement de la rupture porte depuis décembre 2018, sera certainement mise en œuvre dès cette rentrée. Avec cet arsenal de transformation profonde basé en autres sur la relecture  de tous nos curricula de formations, dont ceux du BTP avec pour corollaire la formation pertinente  et utile des formateurs à l’instar de celle-ci que nous clôturons aujourd’hui ».

Le privilège de clôturer la formation est revenu au Conseiller technique à la décentralisation du Ministre en charge de la Décentralisation, Georges Houessou. Il a mis l’accent sur la cadre d’échange initié lors de cette formation : « ce cadre d’échange, d’expérience  pourrait à terme contribuer à une plus grande responsabilisation de chaque participant. Je vous encourage à prendre donc à cet égard, des dispositions idoines afin de contribuer et à rendre opérationnelle  le cadre de partage que vous aviez créé à partir de cette formation à l’EPAC ». Cette cérémonie de clôture a pris fin par la remise d’attestation aux apprenants et à la visite du chantier école de construction en terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.