AIMF- Villes Béninoises : Une coopération très dynamique au profit de plusieurs milliers de populations

0 468

Le partenariat de l’AIMF avec les villes béninoises est au beau fixe ces dernières années. Le dynamisme remarqué en matière de coopération au développement  entre villes béninoises et celles membres de l’AIMF en témoigne. Plusieurs projets à grands impacts engagés réussissent et suscitent la confiance des bailleurs et partenaires. L’ANCB avec sa touche particulière a su jouer le rôle incubateur aux côtés de ses communes  pour en arriver à ce résultat. Dans le quotidien de développement des communes béninoises, l’AIMF a su déployer depuis plus de 10 ans, tout un arsenal en terme de partenariat d’appui technique et financier dans le secteur des arts et de la culture, du numérique, de la santé, du développement durable et de l’énergie.

Au total, près de 10 millions d’euros ont été mobilisés par l’AIMF pour appuyer les programmes municipaux en matière d’autonomie financière, de culture, de services essentiels. Avant d’en arriver à ce stade, au niveau des villes et associations béninoises, l’AIMF a enregistré l’adhésion de dix villes (Abomey, Bohicon, Cotonou, Covè, Kandi, Kétou, Lokossa, Nikki, Ouidah, Zogbodomey) et huit associations (ANCB, ACAL, ADECOB ? APIDA, CCO, CCZ, Gi-Mono, RéFec). Ce partenariat en pleine accélération a permis de nouer d’autres multi-partenariats, tels avec l’Union européenne, la Fondation Bill & Melinda Gates. Au sein du réseau de l’AIMF, la coopération décentralisée entre villes béninoises et les autres membres continuent de se développer. C’est le cas sur le volet culturel entre Ouidah, Cap-Haïtien et la Nouvelle Orléans. Sur cette même lancée  les associations faitières s’allient également. L’ANCB en est l’exemple avec son partenariat avec  l’ANCT (Association Nationales des Communes du Togo) ou encore avec l’ANCLD (Association Nationale des Collectivités Locales Djiboutiennes). Il s’agit des partenariats gagnant-gagnant qui donnent la possibilité d’échanger les savoirs et les expériences entre pairs.

Valorisation du patrimoine culturel et historique

Plusieurs projets sectoriels initiés par les communes béninoises et appuyés par l’AIMF et ses partenaires témoignent de la vitalité des relations qui les lient. Ainsi dans le secteur de la culture la commune de Ouidah a bénéficié grâce à l’appui financier de l’AIMF et de la ville de Genève, de la construction et l’opérationnalisation du Centre culturel de rencontre international John Smith. D’un montant de 375 000 euro, ce projet vise à renforcer le travail mémoriel en direction des populations locales et des jeunes en particulier en s’appuyant sur un projet contemporain, envisagé dans une perspective d’ouverture aux autres cultures, et aux enjeux sociétaux d’aujourd’hui.

Dans la ville de Nikki, l’AIMF contribue au projet de mise en valeur du patrimoine de la ville pour faire du tourisme un levier de développement du territoire.  Connue pour sa fête identitaire ‘’ La Gaani ‘’ les autorités de la commune visent, concernant le  tourisme à « faire de Nikki une destination touristique à forte production agricole et artisanale, à économie prospère, où les populations ont accès aux services sociaux de base de qualité, dans un environnement équitable, sain, sécurisé et bien géré.» Ce projet cofinancé par la mairie de Nikki et l’AIMF à hauteur de 370 000 euros s’étend jusqu’en 2025.

Pour le compte du Groupement intercommunal du Mono (Gi-Mono), l’AIMF intervient également pour l’amélioration de ses ressources financières propres. Ainsi la modernisation des outils fiscaux utilisés par les communes et les services déconcentrés de l’Etat permettra d’augmenter le rendement des impôts locaux à base foncière. Cet accroissement des ressources donnera au GI-Mono les moyens d’assumer la charge financière de la gestion du service de collecte et traitement des déchets dont il a la responsabilité sur le département en tant qu’EPCI.

Le numérique au service des populations et de la bonne gouvernance

Dans l’optique d’optimiser les rendements en terme de délivrance des services publics, plusieurs villes béninoises ont bénéficié de la modernisation de leur système de services financiers et  de l’informatisation de leur système de délivrance des services d’état civil grâce au partenariat entre l’ANCB et l’AIMF. Ces communes ont chacune ainsi bénéficié de la mise en place de guichet unique dans le cadre du projet PAACOL conduit par l’ANCB et l’AIMF, financé par l’Union européenne.

Plus récemment, Cotonou qui accueille bientôt le Congrès 2023 de l’AIMF a bénéficié de la mise en œuvre du projet dénommé : « Fourniture des Services Numériques aux Citoyens à Cotonou ». Via ce pôle, la Commune soutiendra le développement de l’économie locale à travers l’incubation de start-ups locales et la contractualisation avec la Ville pour un PPP d’intérêt commun, et proposera des services numériques pour le développement économique et la continuité de la délivrance des actes administratifs. Le Pôle Numérique de Cotonou en cours de construction suit une conception durable et efficace énergétiquement via l’utilisation de matériaux locaux, l’installation d’électricité photovoltaïque et le respect du cahier des charges « construction durable » de l’AIMF.

Développement urbain durable et lutte contre les changements climatiques

Le nouveau siège de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), construit avec l’appui financier de l’AIMF, de la Wallonie, et du Gouvernement du Bénin, a été mis en service en mars 2020 à Abomey-Calavi. Ce nouveau siège a été construit avec une grande prise en compte de l’efficacité énergétique pour répondre aux enjeux environnementaux.

Les communes du Zou ne sont pas restées en marge de la dynamique d’appui de l’AIMF au projet de développement durable. Pour améliorer l’accès à l’électricité, la Communauté de Communes du Zou (CCZ) souhaite accompagner ses 09 communes membres en développant une démarche durable pour répondre au défi climatique tout en améliorant les conditions de vie des populations. Cet accompagnement passe par la mise en place de Plan d’Action pour l’Accès à l’Energie Durable et au Climat (PAAEDC) à horizon 2025. Les autorités de la commune souhaitent à travers ce plan, renforcer la gouvernance locale, l’électrification des centres de santé, le développement de solutions innovantes au profit du secteur agricole. Ce projet est soutenu par la Wallonie via le Fonds de coopération de l’AIMF et le Département des Hauts-de-Seine et impactera plus 800 000 habitants.

La commune de Lokossa ne manque pas à l’appel au défi d’accès à l’énergie et à la protection de l’environnement. Elle a ainsi mis en place le programme d’accès à l’énergie solaire. Ce projet vise à faire face à la situation énergétique locale, où seuls 52% de la population avaient accès à l’électricité (2018) avec de fortes disparités entre zones urbaines et rurales. Il va ainsi permettre d’électrifier 36 écoles primaires publiques (EPP), 7 unités de santé villageoises (UVS) et 39 places publiques (PP) dans les villages les plus pauvres de la commune qui ne bénéficient pas d’accès au réseau national. L’AIMF a décidé d’appuyer l’étude de faisabilité en vue de la réalisation et la mise en service d’installations photovoltaïques. Le projet vise à renforcer les capacités de production énergétique, à assurer l’installation, l’exploitation et la maintenance de pico-centrales et de lampadaires solaires sur les sites identifiés à cet effet. Les travaux seront réalisés par une entreprise locale choisie par appel d’offre, qui assurera également la formation de l’équipe de maintenance à la conduite et à l’entretien des équipements.

Dans la commune de Djidja, l’AIMF a valablement contribué en 2021 à la fourniture d’infrastructures d’alimentation en eau potable. La commune de Djidja au Bénin, qui compte plus de 120 000 habitants, fait face à un problème crucial d’alimentation en eau de sa population. En 2021, en lien avec la commune belge de Tintigny, son partenaire de coopération décentralisée, elle a sollicité l’AIMF pour la création de nouveaux forages dans les villages de Tokpota. Un investissement qui a permis d’améliorer le quotidien d’environ 3 000 habitants et usagers du territoire, et qui a mobilisé l’appui de la Fédération Wallonie-Bruxelles au Fonds de Coopération de l’AIMF.

Renforcer l’accès à la planification familiale

Particulièrement mobilisée sur les sujets d’égalité de genre, l’Association Nationale des Communes du Bénin a souhaité accompagner les communes béninoises dans la mise en œuvre de politiques de planification familiale. Le programme mené avec l’AIMF dans le cadre de l’ISSV (partenariat avec la Fondation Gates), a permis de renforcer les communes pionnières sur le sujet au Bénin, de documenter leurs expériences et d’alimenter le plaidoyer national pour un environnement favorable à l’implication des villes pour la planification familiale.

BAHOUNTCHI  H. Sylvain

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.