MIGRATIONS: PLAIDOYERS POUR LES MIGRANTS ET LES MIGRATIONS

https://www.africities.org/fr/

158

Leur nombre dépassait largement la centaine, les participants que cette assise d’une importance capitale a drainés, celle-ci présidée par M. Mpho Parks Tau en personne, lui qui détient le fauteuil de président du CGLU au niveau mondial. Il était accompagné dans cette tâche par un panel de personnalités impliquées directement par ce sujet, parmi lesquels M. Mohamed Boudra ancien ministre et actuel Maire de Al Hoceima.

Les migrations ? En soi, ce n’est pas un phénomène nouveau, tant il est de notoriété que l’homme a toujours cherché de nouveaux horizons pour un ensemble de raisons. Or, qu’est-ce qu’on constate aujourd’hui ? Que cette problématique a pris des proportions aussi inquiétantes qu’inacceptables, en faisant des victimes par milliers devant le monde entier dépassé par ce désastre humain. De fait, chaque pays s’est mis à lutter contre la migration en prenant des mesures pour empêcher ces flux incessants, mus pour des raisons économiques, politiques, sentimentales, familiale, et professionnelles. Sans pour autant endiguer les arrivées qui, contrairement à l’image d’Epinal, ne sont pas en recrudescence dans le sens Sud-Nord. Car, en vérité, cette migration-ci ne constituant que 18% du total des migrants dans le monde.

A ces raisons sus-évoquées, force est de mentionner la responsabilité de l’Occident, dont les richesses proviennent en grande partie de l’Afrique. Lequel Occident vote des lois contre des gens dont il continue d’entretenir la pauvreté et le chaos généralisés. Résultat, les pays d’Afrique ont des balances commerciales déficitaires chroniques ; sont surendettés et ne peuvent que difficilement prétendre à la croissance et au développement.

De ce fait, ces pays pauvres très endettés escomptaient la compréhension et l’humanisme des nations nanties. Que non ! Bien au contraire, au lieu du retour d’ascenseur attendu, les réactions occidentales sont de dresser des barrières pour accueillir le moins de migrants possibles. Ou encore de verser dans le populisme en réponse au drame humain qui se joue à ciel ouvert sur la planète…

En conclusion de quoi, tous les constats faits par le panel d’intervenants étant allés dans le même sens, Le Pacte Mondial pour les Réfugiés de l’Onu est attendu avec impatience et optimisme. Ceci, d’autant plus que les biens et les services circulent librement de par le monde, et pas les hommes. Sauf s’il s’agit d’une «immigration choisie et non subie». Au sujet de ce Pacte, l’Afrique prépare sa vision cohérente à travers les prochaines assises du 5ème Forum des Maires sur la Mobilité, La Migration et le Développement (8 Décembre 2018). Les réflexions qui en seront issues seront présentées à la Conférence Intergouvernementale du 10 Décembre 2018.

Mais, en clôture de cette session, c’est M. Mpho Parks Tau qui a touché du doigt le vrai problème, à savoir : «Rendre les collectivités africaines viables, afin de garder sur place nos populations».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.