Les 10 meilleures villes du monde en 2023 : Paris classée n°2 des villes les plus agréables derrière Londres et devant New York

0 540

Le rapport 2023 d’AFAR vient de paraître. Paris prend la 2ème place de ce classement des villes les plus agréables à vivre, qui s’appuie sur une approche holistique qui combine données statistiques de base et évaluations qualitatives. Une distinction qui fait écho aux transformations spectaculaires menées ces dernières années : berges rendues aux piétons, diminution de la place de la voiture, plus de nature.

 

Les points forts qui ont joué en faveur de la capitale française

Les visiteurs apprécient la capitale française pour ses efforts de piétonisation et pour la qualité de vie en plein air. Pour s’assurer que les voitures ne reprennent pas le contrôle des rues de Paris suite à la pandémie, la Ville a par exemple légiféré pour que les 60 000 places de stationnement prêtées aux restaurants durant la crise restent des places en plein air. La transformation de la circulation réduite est la plus spectaculaire le long de la Seine et au cœur du quartier touristique parisien, près de la cathédrale Notre-Dame et de l’hôtel de ville. La promenade riveraine a accueilli des milliers de personnes nuit après nuit, même après l’événement estival de la rive droite de Paris. L’initiative de la plage urbaine de Paris-Plages accueille les pique-niques et autres accès à bas prix à une ville longtemps critiquée pour son prix et son exclusivité.

Alors que Paris se prépare pour les Jeux Olympiques de 2024, elle ne cesse d’améliorer ses infrastructures, ses hôtels et la piétonisation, ce qui lui permet de remporter ce second prix mais c’est aussi une ville aimée pour son art de classe mondiale, ses boutiques et sa cuisine mondiale.

A propos du classement annuel de Resonance

Au cours des 15 dernières années, Resonance, un groupe de consultants en immobilier, en tourisme et en développement économique, a adopté une approche holistique à l’égard d’une liste de « best-of » populaire. Plutôt que de simplement s’appuyer sur des données concernant, par exemple, l’habitabilité d’un endroit ou la facilité avec laquelle il est facile d’y faire du vélo, Resonance utilise une combinaison de statistiques de base (comme le PIB et les taux d’homicides) et d’évaluations qualitatives (culture, restaurants, vie nocturne, magasinage, sport…) par les habitants et les visiteurs pour brosser un tableau plus complet de la meilleure ville du monde.

 

« Ce qui distingue vraiment nos classements, c’est que nous extrayons des données générées par les utilisateurs dans des canaux comme TripAdvisor, Instagram et Yelp pour mesurer ces facteurs expérientiels » dit M. Fair, président-directeur général de Resonance Consultancy.

Le classement annuel de Résonnance tient compte notamment de la diversité d’une ville ; la programmation culturelle ; la sécurité ; du nombre de parcs et même des journées d’ensoleillement.

Les villes figurant sur la liste de cette année, comptent toutes plus de 750 000 habitants et ont profité de la « pause pandémique » pour déployer des pistes cyclables, dépenser des milliards de dollars en hôtels et en développement riverai ou encore pour agrandir et/ou ouvrir de grands musée.

Comment fonctionnent les meilleurs classements de villes ? Les domaines sur lesquels ont été classées les villes ont été regroupés en six catégories de base :

Les lieux : la météo, la sécurité ainsi que les sites et les points de repère (dont le nombre a été recommandé par les habitants et les visiteurs) et le plein air (nombre de parcs et d’activités de plein air recommandés par les habitants et les visiteurs).

Les gens : niveau de scolarité et pourcentage de citoyens faisant partie de la population active.

Les programmes : c’est ce que les guides appelleraient des choses à faire et cela comprend les expériences offertes dans les domaines de la culture (en particulier les arts de la scène), de la vie nocturne, des repas et du magasinage recommandés par les résidents et les visiteurs.

Les produits : les infrastructures (ex : connectivité des aéroports ; taille du centre de congrès local), les institutions (ex : le classement universitaire) et les attractions de chaque ville (ex : musées).

La prospérité : le nombre de sièges sociaux de Global 500 situés dans chaque ville, le PIB par habitant, l’indice d’égalité des revenus et le taux de chômage.

La promotion : cette catégorie permet d’examiner la popularité de chaque ville en ligne, la façon dont l’histoire d’une ville est partagée par l’intermédiaire des canaux en ligne et elle est fondée précisément sur le nombre de vérifications sur Facebook, Google, d’avis de TripAdvisor et de mots-clics Instagram partagés en ligne au sujet de chaque ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.