CONSTRUCTION DES OUVRAGES PUBLICS ET DES HABITATS PRIVÉS EN MATÉRIAUX LOCAUX: Des gains en promotion de l’économie locale et en lutte contre la chaleur par ces temps de dérèglement climatique

(Le PDIEM de la coopération suisse en apporte les preuves)

127

Expertise disponible

Le PDIEM a permis de former des ingénieurs, des architectes, des techniciens, des artisans et bien d’autres acteurs de la filière de construction en matériaux locaux. Ces formations ont eu lieu au Bénin et à l’étranger. Lors de la première phase, le PDIEM a eu à renforcer les capacités des acteurs dans les domaines de l’assurance qualité de la production des Brique en Terre Comprimée (BTC), la construction avec les BTC et le contrôle des tra­vaux. L’évaluation de ces mesures de renforcement de capacités des acteurs a permis de constater que les actions de formation déroulée n’ont pas permis de parvenir à une meilleure appropriation des techniques de construction d’ouvrages en matériaux locaux. C’est pourquoi dans le cadre de la mise en oeuvre de la deuxième phase les for­mations sont étendues aux architectes, ingénieurs et techniciens y compris ceux des centres de formations tech­niques et ceux des mairies et inter­communalités. L’une de ces formations a eu lieu du 15 avril au 24 Mai 2019, à l’Ecole interafricaine de formation dans les Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) à Lomé au Togo. Dans les mois d’août et de septembre 2019, des formations ont également eu lieu pour une vingtaine d’enseignants des lycées techniques et centres de formations techniques (publics et pri­vés), de même que pour dix (10) chefs de services techniques de commune et quatre-vingt-dix (90) artisans. Ce qui ne laisse planer aucun doute sur la dispo­nibilité de l’expertise.

Dynamisation de l’entreprenariat local et valorisation des matériaux locaux.

Dans le cadre de la dynamisation de l’entreprenariat local, le PDIEM a accordé une attention particulière au renforcement des capacités techniques des artisans dans le domaine de la construction en matériaux locaux. En effet, 700 artisans ont été formés, dont 99 ont réussi à formaliser leurs micros entreprises dis­posant ainsi de registre de commerce, de numéro IFU, de la déclaration à la CNSS. Sur les 700 artisans formés, la plupart d’entre eux se sont mis en Grou­pement de Très Petites Entreprises (GTPE) et ont réussi à obtenir des mar­chés de travaux aussi bien au niveau du PDIEM qu’auprès d’autres clients. Les 17 femmes de l’effectif des 700 artisans ont réussies, elles aussi, à se spécialiser dans le métier de contrôleur de produc­tion des Briques en Terre Comprimées (BTC). L’insertion des femmes dans la filière de construction avec des résultats satisfaisants La prise en compte de l’as­pect genre dans la conduite opération­nelle du programme a été un élément primordial de la stratégie de mise en œuvre du PDIEM. Des activités spéci­fiques orientées sur le renforcement des capacités des femmes entrepreneures dans la production des matériaux locaux ont eu pour effet la profession­nalisation de leurs coopératives (avec des cartes de membres et des règles à respecter) et l’amélioration de leur visibilité dans la filière de construction en matériaux locaux. La coopérative et les groupements de femmes ont été reconnus comme membres des collec­tifs d’artisans et peuvent donc désor­mais bénéficier de leurs appuis. A cela s’ajoute l’amélioration de la qualité de leurs produits en différenciant les calibres de graviers : gros grains, mélange, petits grains, grains de riz. Ainsi, les femmes ont eu accès à des marchés du PDIEM mais surtout à d’autres marchés en dehors du PDIEM

Sakinatou Kaba

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.