Reprise de l’élection du maire de Parakou ce vendredi 7 août 2020, la ville retient son souffle.

(Entre, Aboubacar YAYA, Charles TOKO... les jeux sont ouverts)

115
Reprise de l’élection du maire de Parakou ce mercredi, la ville retient son souffle.
(Entre, Aboubacar YAYA, Charles TOKO… les jeux sont ouverts)
1. Aboubacar YAYA sera favori dans le cadre d’un accord. Un accord de gouvernance communale entre FCBE, BR et UP d’une part ou FCBE et l’un des deux autres partis d’autre part. Pour qu’il y ait accord de gouvernance entre BR et UP, il fallait que le nombre des conseillers des deux blocs atteigne la moitié plus un, soit 17. A défaut d’un accord entre FCBE et l’un des deux partis de la majorité présidentielle, il faudra un triumvirat pour gouverner Parakou. Ce qui serait une première dans cette mandature 2020-2026 avec pour conséquence, l’absence d’une opposition municipale. De plus, les tensions qui secouent généralement les conseils communaux et municipaux à la veille de la présidentielle pourraient avoir raison de ce triumvirat. Suivant les règles jusque-là établies par BR et UP, le parti ayant le plus grand nombre de sièges prend le poste de maire. Ce cas de figure correspond à l’article 189 nouveau du Code électoral qui dispose : « Le maire et ses adjoints sont désignés par le parti ayant obtenu la majorité absolue des conseillers. A défaut de majorité absolue, le maire et ses adjoints sont désignés par l’ensemble des partis ayant constitué une majorité absolue par la signature d’un accord de gouvernance communale. Cet accord de gouvernance communale est notifié à l’autorité de tutelle ».
2. Charles TOKO favori en cas d’élection. Le deuxième cas de figure est prévu par l’article 190 nouveau du même Code électoral. Il replace le conseil municipal dans son rôle d’élection du maire, de ses adjoints et des chefs d’arrondissement. C’est le meilleur scénario pour la décentralisation, mais il sera plein de surprise. En effet, l’élection de fera au scrutin uninominal secret à la majorité absolue des voix. « A défaut de majorité absolue ou d’accord de gouvernance communale, le maire et ses adjoints sont élus par le conseil communal ou municipal au scrutin uninominal secret à la majorité absolue. En cas d’absence de majorité absolue lors du premier tour du scrutin, il est procédé, en cas d’égalité de voix, à autant de tours qu’il sera nécessaire pour que le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés soit élu ».
3. Ni YAYA, ni TOKO, place à une nouvelle personne désignée par FCBE ou BR ou dans une moindre mesure UP.
Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.